Zébritude, surdouance, précocité, haut potentiel… La nécessité d’un accueil aiguisé des émotions

La littérature foisonne sur le sujet, les avis divergent… Des tests existent qui se focalisent sur le quotient intellectuel ou bien sur le quotient émotionnel. Il est de plus en plus partagé que les formes d’intelligence sont multiples…

Il me semble que les personnalités qui sont parfois désignées par le mot zèbre ont la caractéristique principale de ne pas rentrer dans les cases… Elles sont assimilées au terme « surdoué », qui est souvent difficile à admettre pour ces personnalités qui ont tendance à se dénigrer. Par ailleurs, une proportion de ces profils de personnalité peut être en difficulté à l’école et ne cadre pas avec l’idée que l’on peut se faire d’un « surdoué ».

Ce sont des personnalités avec une propension à être :

  • hypersensibles,
  • empathiques,
  • avec un sens de l’humour développé,
  • perfectionnistes,
  • apeurées de soi-même, de ses différences et de ses émotions,
  • attentives au sens de la justice,
  • solitaires,
  • capables d’un langage soutenu,
  • en proie à une dévalorisation par l’échec,
  • dans un fonctionnement de pensée foisonnante, en arborescence,
  • sujettes à une hyperactivité cérébrale,
  • créatives,
  • altruistes,
  • curieuses intellectuellement,
  • multitâches,
  • hyper-lucides sur les autres et sur soi-même,
  • résilientes,
  • hyperesthésiques (hypersensibles),
  • avec peu d’estime de soi,
  • en décalage,
  • intuitives,
  • avec un intérêt fort pour différents sujets,
  • sensibles à l’harmonie,
  • douées pour la mémorisation,
  • dans une adaptation exacerbée aux autres,
  • vécues comme un imposteur par eux-même,
  • dans un besoin de nouveauté,
  • précoces dans l’apprentissage,
  • en recherche de la présence de personnes plus âgées,
  • dans l’urgence à agir,
  • dans une aisance verbale,
  • des penseurs indépendants,
  • dans une remise en question permanente,
  • en propension à tirer des leçons de passé,
  • vivant une difficulté à la sociabilisation,
  • stressées,
  • avec une vision menaçante du monde…

Pour affiner ce type de caractère et faire connaissance avec un fonctionnement particulier de ces personnalités, je vous invite dans un premier temps à explorer quelques extraits de la page https://www.rayuresetratures.fr.

Extrait 1 : « Etre zèbre, c’est avoir une personnalité atypique, une façon de penser et donc de réagir différente. Jeanne Siaud Facchin explique que le zèbre est le seul équidé que l’homme n’a pu domestiquer, et qu’il se distingue des animaux de la savane par ses rayures qui elles mêmes lui permettent paradoxalement d’être invisible et de se fondre dans la masse. Etre différent tout en étant pareil. Se fondre dans la masse tout en se sentant différent. » :

Extrait 2 : « OK, c’est pas grave, je ne suis pas mes pensées. Toutes mes émotions ne sont pas positives et joyeuses, mais chacune a son message à porter, j’accepte de la ressentir, pour savoir ce qu’elle va me permettre de mettre en place. « 

La sophrologie caycédienne peut apporter une façon intéressante d’accueillir ses émotions et de les contempler, et de les mettre à distance pour mieux les apprivoiser. Un travail sur les valeurs également me semble intéressant pour des personnes qui, ont l’a vu, peuvent apporter une grande importance à un sentiment de justice.

En complément, la Programmation neuro-linguistique et l’hypnose peuvent permettre de désamorcer des émotions en revenant à leur origine. Il importera de revenir à la genèse de schémas, qui par le passé ont impacté trop fortement ces personnalités particulièrement sensibles, pour mieux les reconstruire.

Le travail passionnant à conduire me semble-t-il permettra à ces personnalités de mettre en valeur des qualités particulières, d’apprendre à stabiliser l’équilibre d’une sensibilité exacerbée pour en faire une force dans leur parcours de vie.

%d blogueurs aiment cette page :